Coupe du Monde de diff à Imst

Deux semaines après l’étape de Briançon, nous voilà repartis pour la 4ème étape de la Coupe du Monde à Imst en Autriche. Sean qui n’affectionne pas particulièrement ce mur du fait de sa longueur (25m de développé), a tout de même décidé de m’accompagner sur cette compète. On en a profité pour revoir nos amis Katharina Saurwein et Jorg Verhoeven qui nous ont accueilli chez eux comme chaque année.

Qualifications

C’est donc le lendemain d’une longue journée de trajet qu’on a débuté nos qualifications. Contrairement aux deux dernières étapes, je passais relativement tôt (8ème) ce qui n’était pas plus mal au final, le tout étant de prendre le temps de bien s’échauffer et d’avoir bien lu la voie.
Q2 - 1

J’ai bien grimpé dans la première qualif qui était bien résistante et je suis tombée au dernier mouvement dans le toit en ayant tout donné. Peut-être que je ne m’étais pas assez échauffée, j’ai eu la sensation d’avoir les bouteilles. Plus tard dans la matinée, 10 grimpeuses sont parvenues à faire top et j’ai terminé 12ème de la Q1.

Preview

La deuxième qualif, dans un style encore plus rési et physique, m’a plutôt bien réussi. Je me suis encore un fois battue jusqu’au bout pour terminer à la 6ème place. Pour le coup j’étais vraiment contente de moi!

Etant donné que 10 filles avait sorti la Q1, je me suis retrouvée à la 11ème place du classement des qualifs, un peu moins bien placée que lors des deux dernières étapes où j’étais 9ème mais tout de même première française qualifiée pour la demi-finale :)
——————-
————–

DEMI-FINALES

Les demi-finales ayant lieu le soir même, on a tout juste eu le temps de se poser à Innsbruck puis de repartir en isolement. J’étais motivée mais doutais un peu de mes capacités en rési étant donné que le matin même je m’étais sentie un peu limite. J’ai essayé de chasser ces mauvaises pensées de ma tête et je me suis élancée très relâchée dans ma (longue) voie de demi-finale.
Demi finale Le début n’était pas très difficile mais il fallait faire attention car il y avait quand même quelques pas durs. Arrivée au toit, je me sentais bien et j’ai même pu délayer un petit peu.

Demi finale 2La prochaine section était plus dure et en 4 mouvements j’ai complètement explosé. Je n’ai pas vraiment compris ce qui s’est passé, si ce n’est que je me suis rarement aussi battue. A ce moment là j’étais tellement pétée que je n’étais plus lucide, et une erreur de placement me fit chuter et j’ai terminé à la 11ème place.

Demi finale 3Juste après être tombée, je savais que ce ne serait pas suffisant pour la finale et j’étais un peu frustrée d’avoir été trop courte en rési. D’un côté, je savais que mon entraîneur et moi n’avions pas mis la priorité là-dessus cette année. Alors qu’est-ce que je pouvais vraiment me reprocher? Peut-être que si je m’étais placée correctement j’aurais fait un ou deux mouvements de plus et je serai passée en finale, mais ça on ne le saura jamais, donc à quoi bon y penser?! J’ai tout donné, c’est ça l’essentiel.

Malheureusement je ne serai pas sélectionnée pour les Championnats du Monde à Gijon puisque je n’ai pas fait de finale à temps. Mais je suis quand même contente de ma 11ème place. C’est le jeu et je l’accepte.

Au final je suis très satisfaite et agréablement surprise de mon retour à l’international et je pense (j’espère) que c’est prometteur pour la suite! Et je suis très fière de mon compagnon de grimpe et chéri qui termine à la 2ème place!

Prochain RDV: RockMaster d’Arco le 30-31/08!

Coupe du Monde de diff à Briançon

Après le froid et la pluie du week-end dernier à Chamonix, tous les compétiteurs se sont donnés rendez-vous sous le soleil Briançonnais pour la deuxième étape en France de Coupe du Monde de difficulté.
Mur (2)
Qualifications:
C’est le même chef ouvreur qui était présent sur cette étape, on s’attendait donc tous à des voies aussi dures qu’à Cham, aïe aïe aïe…
Les qualifs des femmes, initialement prévues l’après-midi, ont été avancées le matin à cause d’éventuelles intempéries. Il y avait donc 4 voies sur le mur qui montaient sans détour, tout droit jusqu’au top. Ça a commencé fort avec la Q1 où dès le début de la voie, des mouvements aléatoires sur (très) petites en ont fait chuter plus d’une.
Qualif 1 (7)Le reste de la voie était assez basique jusqu’au crux quelques mouvements après la sortie du toit. Seulement 10 grimpeuses sont parvenues à passer ce pas aléatoire. Les derniers mouvements sur plats semblaient vraiments durs et pour cause, seule Anak Verhoeven réussit à faire top. Je me suis classée 11ème de cette voie.
Qualif 1 (16) La deuxième voie de qualif, supposée plus difficile que la première, n’était pas particulièrement agréable à grimper. Peu de pieds, des mauvaises prises et des mouvements assez masculins en on fait un cauchemar pour certaines et ont causé de petites frayeurs pour d’autres (comme moi^^).
Qualif 2 (16)Après avoir été un peu secouée dans le début de la voie, j’ai repris mes esprits et réussi à passer le crux qui était ni plus ni moins qu’un jeté de bras sur la droite pouvant provoquer une éventuelle dislocation de l’épaule. Pas très sympa comme mouv’, mais bon. Ceci dit mon épaule n’a aucune séquelle de ce mouvement, et cette belle perf m’a valu la 7ème place du classement de la voie n°1 et la 9ème place au classement général des qualifs.

Qualif 2 (25)

Demi-finales:

Demis finales 12Les demi-finales, elles aussi avancées, ont eu lieu Samedi soir après une matinée de qualifications éprouvante. Heureusement pour nous, les voies de demi étaient bien plus homogènes et permettaient de grimper relativement relâchée. Le début était agréable, suivi d’un premier passage dur à la sortie du toit et enfin un gros crux en fin de voie qui causa d’ailleurs un gros bouchon.
Tout s’est donc joué à un mouvement d’écart, autant dire dans un mouchoir de poche. J’ai ainsi terminé à la 12ème place, satisfaite de ma grimpe et surtout de m’être battue jusqu’au bout.

Petit détail sympa, 3 couples ont grimpé en même temps en demi: Julia Chanourdie&Kevin Arc, Akiyo Noguchi&Sachi Amma, et enfin Sean&moi même.

Finales:
Comme vous le savez sûrement déjà, les finales ont été annulées à cause de forts orages. Après le passage de la foudre tout près du mur, il était plus prudent d’annuler l’événement.

Les ouvreurs qui avaient passé le plus de temps à caler ces voies de finales étaient tout aussi déçus que les grimpeurs. C’est pourquoi ils nous ont proposé, à Sean et à moi, d’essayer les voies de finales le lendemain matin afin de se faire une idée de la difficulté, mais aussi pour que tout leur travail n’ait pas été fait pour “rien”. C’était donc une opportunité exceptionnelle pour moi tout particulièrement puisque bien que je m’en sois rapprochée à plusieurs reprises, je n’ai jamais participé à des finales de coupes du monde.
C’est donc dans le but d’enrichir mon expérience que j’ai grimpé cette voie en vraies conditions de compète, avec un temps de lecture de 6min et tous mes petits rituels d’avant grimpe. 
Finales (22)La voie était vraiment calée, les mouvements agréables et élégants, et la difficulté augmentait progressivement pour finir avec un top spectaculaire. 
Finales (46) Un vrai privilège pour moi qui me donne encore plus envie de décrocher mon ticket pour les finales lors de la prochaine étape à Imst le 1er et 2 Août!
Stay tuned :)

Coupe du Monde de diff à Chamonix

Le week-end dernier se déroulait la tant attendue 2ème étape de la Coupe du Monde de difficulté à Chamonix. Suite à ma sélection en équipe de France réserve, c’était l’occasion pour moi de finalement signer mon retour à l’international. J’étais donc super contente, excitée, motivée mais aussi un peu stressée à l’idée de reprendre les compètes internationales.

JOUR 1: Qualifications
Comme la veille pour les hommes, les qualifs des femmes se sont déroulées sous un temps froid et humide. Les voies ouvertes étaient particulièrement difficiles – estimées à 8b+ pour les hommes, 8b pour les femmes – et bon nombre de grimpeurs(ses) s’y sont cassé les dents. Du jamais vu, ou presque. 

C’est donc en sachant d’avance que ce serait une bataille que je me suis lancée dans mes deux voies. La première était assez basique jusqu’au toit où il fallait faire un 360°, puis enchaîner sur une fin très rési. J’avais lu et relu la voie et connaissait tous les placements par coeur ce qui m’a permis de réaliser un beau run malgré le stress et de terminer 11ème du classement de la Q1.

La deuxième voie, dans un style différent mais tout aussi dure que la première, me convenait mieux et j’ai réussi à grimper relâchée. 

Après avoir passé le crux de la voie, j’ai réussi à récupérer sur une petite arquée et me suis battue jusqu’au bout de mes forces, pour finalement tomber à 3 mouvs du top. Cette belle perf’ m’aura valu la 6ème place du classement de la Q2!

A l’issue de ces deux voies plutôt réussies pour ma part, j’ai terminé 9ème des qualifs ex-aequo avec la russe Dinara Fakhritdinova. Il ne manquait plus qu’à faire aussi bien, voire un peu mieux, pour atteindre les finales le lendemain!

JOUR 2: Demi-finales et finales
Vu la difficulté des qualifs de la veille, je m’attendais à ce que la demi-finale soit à peu près du même niveau puisque le “à vue” ajoute une difficulté en plus. Et bien je m’étais trompée, puisque les demis des femmes (estimées à 8b+), étaient encore plus relevées que les voies de la veille…

Quelque peu perturbée par ce début intense, j’oublie de cliper avant le toit et me rend compte instantanément que cette erreur me sera fatale. Après avoir tenté pendant de longues secondes de cliper depuis les volumes, je tombe et termine à la 17ème place. Déçue de cette erreur de “jeunesse”, j’essaie de garder en tête que c’est plutôt pas mal comme retour à la compète. 

Voilà donc pour ce retour aux Coupes du Monde après 1 an et demi d’absence. Très satisfaite de mes qualifs, je sais maintenant que j’ai le niveau pour me rapprocher des finales si je grimpe bien. J’essaie d’accepter mon erreur en demi-finale et de m’en servir pour la suite. 

En tout cas je suis super motivée et il me tarde la prochaine étape à Briançon le 19 et 20 Juillet!

Stay tuned :)

Merci à Terry McColl pour les photos et à Sean pour son soutien.

Coupe de France de diff à Beaune

C’est au cœur des vignobles de Bourgogne, à Beaune, que se déroulait la dernière étape des Coupes de France de difficulté 2014. Outre l’opportunité de goûter les vins de la région, cette dernière étape était pour moi l’occasion de me recentrer et de reprendre confiance après ma boulette aux Championnats de France trois semaines auparavant. C’est donc sur un mur quelque peu court (12m…!) et sous une chaleur de plomb que s’est déroulée la compétition.

Les qualifs étaient accessibles mais dans un style assez intense étant donné la taille du mur. Seulement 4 d’entre nous (sur 20 inscrites) sont venues à bout de ces deux voies.


——————

——————
——————

La demi-finale, toujours dans le même style, nous a toutes un peu secoué. Le début était technique et la fin soudainement physique. J’ai été surprise de l’intensité en arrivant en haut de la voie, et j’ai zippé au dernier mouvement…Oups! A ce moment là, Julia Chanourdie et moi partagions la 1ère place.


La finale était bizarre. Je crois que je n’ai jamais été aussi perplexe après la lecture et je n’étais pas la seule. Il y avait des prises un peu partout, un peu dans le genre “choose your own adventure”. J’ai donc décidé de suivre mon instinct et même en ayant opté pour des méthodes peu efficaces, j’ai réussi à sortir la voie.

Je me doutais que Julia sortirait aussi et qu’elle serait plus rapide que moi. Ce fut bien le cas, et c’est avec 40s d’avance qu’elle prit la 1ère place du classement. Je termine donc 2ème de cette étape, un poil déçue que la voie n’aie pas pu nous départager, mais quand même contente de cette belle place!

Au final, j’ai réussi à faire 3 podiums sur les 4 étapes auxquelles j’ai participé ce qui m’a permis d’accéder à la 2ème place du classement général des Coupes de France 2014. Je suis donc contente de cette régularité même si toutes les favorites n’étaient pas présentes à chaque étape (notamment celle de Beaune).


Je trouve cependant vraiment dommage que le niveau sur ces étapes ne soit pas plus homogène. De façon générale je pense que les voies de finale devraient être plus dures afin de nous préparer aux échéances internationales, où là ça ne rigole vraiment pas…
Sur toute la saison, la seule compétition se rapprochant un minimum d’une Coupe du Monde reste les Championnats de France. Une seule compétition ça fait quand même pas beaucoup non?

Enfin bon dans tous les cas je suis vraiment impatiente à l’idée de signer mon retour à l’international, en espérant que j’arriverai à m’exprimer et à grimper à mon niveau tout en me faisant plaisir!

Prochain RDV: Coupe du Monde de diff à Chamonix les 12 et 13 Juillet.
Stay tuned :-)

Merci à Sam Challéat pour les photos.

Championnats de France de diff à Niort

Le week-end dernier se déroulaient les tant attendus Championnats de France de difficulté à Niort pour la deuxième année consécutive. L’an passé j’avais atterri à la 9ème place après une belle zipette de la main en demi-finale, due à un trop plein d’énergie et à de la précipitation. J’espérais donc me “venger” cette année, qui plus est sur ce mur que j’adore.


Cette année c’est avec une mentalité complètement différente que j’ai abordé la compétition. Malgré les objectifs que je m’étais fixée, je n’avais finalement quasiment aucune attente étant donné que grâce à mes deux derniers podiums en Coupe de France je m’étais garanti une place en équipe de France réserve. J’était donc bien décidée à ne pas être déçue de ma place tant que je grimperai bien et que je me ferais plaisir. 

J’ai décidé de repasser par Toulouse pour aller à Niort, c’est donc accompagnée de mes coupins-coupines Cindy Sararak, Charlotte Durif et Manu Lopez que je suis partie dans la joie et la bonne humeur.


JOUR 1: Qualifications
Le nombre d’inscrites ayant décollé cette année (pas moins de 80 inscrites), les qualifications se sont déroulées en deux groupes. Le groupe 1, dans lequel je faisais partie et la plupart des favorites également, était un peu plus dur que le groupe 2. 
La 1ère voie était une voie atypique et très technique dans du vertical qui nous a toute fait trembler. Pour moi ça a été un vrai combat mental où je me suis vue tomber à plusieurs reprises…Heureusement mes bras (ou plutôt mes doigts) n’étaient pas décidé à lâcher ces micro prises et j’ai pu faire TOP!
La 2ème voie était beaucoup plus classique et a permit à la plupart des filles de s’exprimer un minimum.
Après une belle frayeur (comme quoi j’avais peut-être posé le pied sur un spit dans ma Q2), les deux TOPS m’ont été accordé et j’ai pu accéder aux demis. Ouf!

JOUR 2: Demi-finales
Après une courte nuit, c’est parti pour LA journée la plus importante. A l’échauffement je n’ai pas les meilleures sensations que j’ai pu avoir, mais ça ne m’inquiète pas. Quand c’est à mon tour, je me rappelle de grimper détendue et de me faire plaisir. Je pars dans ma voie comme une fusée, débordante d’énergie et d’envie (c’est le cas de le dire). Je me sens comme un cheval parti au galop et j’ai du mal à me canaliser. Le premier mouvement “dur” de la voie arrive, tellement excitée à l’idée d’y aller, je me précipite, je dynamise beaucoup trop et rate complètement la prise. Je crois que je n’ai même pas pris le temps de regarder la prise avant de dynamiser. Quelle erreur! La même que l’an dernier où l’excitation et la précipitation m’avait coûté très cher… Vous imaginez ma frustration! J’avais pensé à TOUT, sauf à cette erreur là, la plus importante, j’ai encore vraiment du mal à y croire. C’est étrange quand on se sent vraiment en forme et que finalement on se sent moins à l’aise dans des voies qui sont en dessous de notre niveau maximum. C’est à double tranchant car au final il faut réussir à doser sa force et son énergie. Un point de plus sur lequel je vais pouvoir bosser…et apprendre à viser!

 

Donc voilà pour moi, je termine le WE avant tout déçue d’avoir fait une copie conforme de ce que j’ai fait l’an passé et de ne pas avoir bien grimpé. Je n’ai pas pu m’exprimer et c’est totalement de ma faute. Heureusement pour moi, cela ne devrait pas avoir d’incidence sur le reste de ma saison. Une erreur de plus qui me fera progresser. Mais j’avoue ça fait quand même un peu râler!

Du coup je vous donne RDV pour la dernière étape de la Coupe de France qui aura lieu à Beaune les 7 et 8 Juin. Stay tuned :)

Résultats complets ici.